Annulation du Plan Local d’Urbanisme : la mairie de Toulouse doit revoir sa copie et ne pas se victimiser !

Annulation du Plan Local d’Urbanisme : la mairie de Toulouse doit revoir sa copie et ne pas se victimiser !

Le Tribunal administratif de Toulouse, qui avait annulé en avril dernier le Plan Local d’Urbanisme intercommunal – Habitat (PLUi-H) de Toulouse Métropole, a refusé le 20 mai 2021 de moduler les effets de sa décision dans le temps. Le PLUi-H de Toulouse a été retoqué car pas assez protecteur des milieux naturels, mal documenté et incohérent. La collectivité avait pourtant 4 ans pour élaborer un document à la hauteur des enjeux environnementaux et d’habitat en respect avec le Code de l’Urbanisme.

Cette annulation sans délai a déclenché une vive réaction de monsieur le Maire, Jean-Luc Moudenc, qui exprime notamment son inquiétude concernant « l’appétit des promoteurs » et « la production de logements sociaux » : https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-voici-la-strategie-de-jean-luc-moudenc-apres-l-annulation-en-justice-du-plan-local-d-urbanisme_42163333.html

Monsieur Moudenc semble oublier que c’est la Mairie de Toulouse qui a rendu possible la vente du site de La Grave au promoteur immobilier Kauffman & Broad afin de construire des logements de luxe. Ce projet urbain déconnecté des réalités territoriales et sociales de Toulouse contribue à raser l’Hôpital de la Grave pour construire un quartier d’affaires destiné aux plus riches et balaye ainsi la vocation d’aide aux défavorisés qu’a eu La Grave depuis sa fondation.

D’ailleurs, l’annulation du PLUi-H n’a pas d’effet sur le projet de La Grave, projet qui aura pourtant quant à lui un impact irrémédiable sur le quartier Saint-Cyprien au détriment de l’ensemble des habitant.e.s.

De même pour le projet de la Tour Occitanie et son quartier d’affaires qui fait l’objet de plusieurs recours et de l’opposition des associations Non au Gratte-Ciel de Toulouse, France Nature Environnement Midi-Pyrénées, Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées et le DAL 31. Concernant le logement social, nous rappelons que ce sont 39 000 demandeurs en attente.

Le PLUi-H affichait un objectif de construction de 7000 logements par an dont 35% de « logements sociaux », mais comme au-delà de ces promesses de quantité (jamais tenues) nous voulons la qualité pour des logements pour toutes et tous, nous recommandons :

-l’utilisation de 24 000 m2 de bureaux et de commerces vacants et l’arrêt de la construction de nouveaux bureaux et centres commerciaux inutiles ;

– la réquisition des 23 000 logements vides et des aides pour leur rénovation et leur remise sur le marché locatif ;

-la réhabilitation plutôt que la destruction des résidences en bon état ;

-la construction de logements très sociaux répondant aux vrais besoins des 39 000 demandeur

Si Monsieur Moudenc souhaite réellement « permettre à toutes les familles de se loger », que la municipalité arrête de renvoyer la balle à la préfecture (qui fait la même chose) et applique la loi de réquisition des logements vides en concertation avec les pouvoirs locaux (comme le stipule cet article de loi https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGIARTI000037667255/2018-11-25)

Un toit, c’est un droit !

Le DAL31 – 02/06/21

Partage !