En action contre l’expulsion de l’hôpital La Grave et pour le relogement de la dernière famille !

Retrouvez l’ensemble des photos de l’action en cliquant ici

Retrouvez les lives facebook en attendant notre futur clip vidéo :
https://www.facebook.com/DalToulouse/videos/3916756601726548

https://www.facebook.com/DalToulouse/videos/209535471000456

 

Nous étions en action à midi ce vendredi 21 mai dans le quartier saint-cyprien, suite à notre expulsion du pavillon Nanta au sein de l’hôpital La Grave. Nous avons tenu à dénoncer les agissements de la mairie et du CHU qui transforment un ancien hôpital en ghetto pour riches. La mairie, malgré ses promesses, ne reloge même pas dignement et de façon pérenne la dernière famille qui habitait notre réquisition.

Nous avons donc déployé une banderole au milieu de la rue et renommer la station de métro Saint-Cyprien. Et ce pour mettre à l’honneur la mairie, le promoteur Kaufman & Broad et le CHU qui travaillent main dans la main !

En effet, pour rappel depuis lundi 17 mai 2021, nous n’avons plus accès à nos locaux sur l’hôpital La Grave. La municipalité, avec le concours des forces de l’ordre, a mis en application le jugement du tribunal statuant sur notre expulsion à l’hôpital La Grave. Peu importe que nous soyons en pleine crise sanitaire et que les accords trouvés avec la Mairie aient été rompu peu après la dernière élection municipale sans nous en informer. Peu importe que la situation des mal-logé-e-s et des sans-abris se dégrade de plus en plus. La priorité est la construction de résidences de luxe portée par Kaufman and Broad sur le site de La Grave et la démolition de notre bâtiment afin d’avoir une belle vue pour les plus riches qui s’installeront dans ces résidences.

On voit où sont les priorités des pouvoirs locaux. Cette expulsion est un pas de plus vers la casse de l’hôpital La Grave et réaffirme le danger pour les autres services de soins qui existent aujourd’hui encore à La Grave.

De plus, la Mairie s’était engagée à reloger dans un hébergement stable et adapté la dernière famille restante dans le bâtiment. Nous dénonçons cette rupture d’engagement, en effet la famille a été relogée dans un appartement-hôtel qui est non conforme à la décision de justice et à leur dossier DAHO (Droit à l’Hébergement Opposable) qui leurs sont tout deux favorables, ni aux promesses de la municipalité. Un hôtel n’est pas un logement pérenne et digne ! Cette solution est trop facile ! Les décisions de justice ne peuvent pas être à géométrie variable. Nous ne lâcherons rien et continuerons à nous battre car un toit c’est un droit !

 

Vous trouverez deux communiqués décrivant la situation bien plus en détail, une communication du DAL31 ainsi que celui du Collectif La Grave dont le DAL31 est membre :

Expulsion du DAL 31, du Centre Solidaire Abbé Pierre et de ses habitant-e-s de La Grave

Communiqué collectif La Grave : Expulsion du CS Abbé Pierre et du DAL31, le démantèlement continue !